La Dinum rappelle l’interdiction de déployer Office365 dans les administrations

Le 15 septembre, Nadi Bou Hanna a envoyé une note aux secrétaires généraux des différents ministères pour rappeler la non-conformité d’Office365.

Ce n’est pas une surprise mais, cette fois, la clarté est totale. Plusieurs fois, Nadi Bou Hanna, directeur interministériel du numérique (directeur de la DINUM), avait expliqué que l’offre cloud Office 365 opérée par Microsoft ne pouvait pas être déployée dans les administrations d’État. Malgré la circulaire Ayrault sur l’usage du logiciel libre dans les administration, le directeur ne s’était cependant jamais opposé à l’usage de la suite Office en version on premise. Après la publication début juillet de la politique de cloud de l’État, « Cloud au centre », la Dinum revient à la charge. Nadi Bou Hanna a en effet envoyé le 15 septembre 2021 une note de service formelle aux secrétaires généraux des ministères avec copie au secrétariat général du gouvernement, à l’ANSSI et aux différents directeurs du numérique des ministères. Dans celle-ci, il rappelle qu’un déploiement d’Office365 est prohibé dans les administrations.

Certains projets étaient de toute évidence bien lancés. De manière transitoire, la DINUM accepte d’accorder des dérogations pour la messagerie et les services de partage de fichiers mais exclut toute dérogation pour les autres fonctions. Le recours à l’offre utilisant les technologies Office365 mais opérée par le futur consortium Bleu (Capgemini et Orange) en attente du label cloud de confiance est par contre possible. Mais la Dinum recommande plutôt d’opter pour des solutions alternatives de bureautique collaborative, notamment autour de la plateforme interministérielle SNAP. Enfin, il semble surtout urgent d’attendre une plus grande maturité des offres collaboratives.

Avant sa large diffusion sur les réseaux sociaux, cette note a été publiée par nos confrères de Acteurs Publics.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *