Windows 365 : une version grand public envisageable

Des prix plus bas pour les utilisateurs actuels de Windows 10 ? Des mises à niveau, mais pas de rétrogradation ? La dernière offre d’entreprise de Microsoft présente des contrastes frappants avec les versions grand public de Windows.

Microsoft a publié les prix de Windows 365 pour les entreprises, ce qui en dit un peu plus sur ce que coûtera le « PC cloud » de Microsoft. Pour l’instant, cette version de Windows basée sur le cloud est un produit d’entreprise, mais il n’est pas impossible qu’une version de Windows 365 finisse par atterrir dans les PC grand public. Microsoft ne craint pas de faire migrer ses produits vers et depuis le cloud, tant pour les entreprises que pour les particuliers. Illustration A : Microsoft 365 (anciennement Microsoft Office) fonctionne sur votre PC, sur le Web et sur les applications mobiles. Pièce à conviction B : Microsoft a déjà rendu une « Xbox Cloud » accessible aux consommateurs, dans le cadre du jeu en ligne Xbox.

Aujourd’hui, Windows 365 consiste en un PC virtuel dans le cloud. Cette solution pourrait à l’avenir convenir à tout type de public, surtout si l’on considère la tendance générale de l’informatique à placer les logiciels et les services dans le cloud. La tarification de Microsoft pour Windows 365 devrait néanmoins susciter quelques interrogations. L’éditeur a déclaré qu’il facturerait aux entreprises a minima 18,20 euros HT par utilisateur et par mois pour Windows 365, et jusqu’à 143,90 euros HT par utilisateur et par mois pour un puissant « PC Cloud ». De toute évidence, ce sont les entreprises qui paieront cette facture, dans le cadre des plans Windows 365 Business ou Enterprise. Mais passons outre les prix et analysons les petits caractères du contrat. On y trouve quelques détails intéressants sur la façon dont Windows 365 diffère du Windows de votre bureau. Comme indiqué dans un précédent article, 12 configurations sont donc disponibles et la firme propose une réduction sur le prix du forfait mensuel business pour les utilisateurs possédant une licence professionnelle. Cet « avantage Windows Hybrid », qui permet de réduire jusqu’à 16 % le prix du forfait est possible sous deux conditions : d’une part, votre PC doit être votre principal appareil de travail, selon une FAQ de Windows 365. D’autre part, vous devez accéder au PC cloud à partir du PC Windows 10 au moins une fois par « trimestre » ou par mois.

Le plafond de données sortantes de Microsoft

Si vous êtes un utilisateur de Windows 365 enterprise, toutes les données auxquelles vous accédez en dehors des services de Microsoft relèvent des plans de licence de données complexes de Microsoft. En revanche, si vous êtes un utilisateur de Windows 365 business, vous aurez un plafond de données réel pour le trafic en amont : 20 Go par utilisateur et par mois pour les plans les moins chers, et jusqu’à 70 Go par utilisateur et par mois pour les plans les plus élevés.

Les plafonds de données auront de grandes répercussions sur l’informatique d’entreprise, mais n’oublions pas que le PC familial typique télécharge beaucoup plus de données qu’il n’en envoie. C’est l’une des raisons pour lesquelles le haut débit par câble favorise une énorme bande passante en aval, mais une quantité relativement faible de bande passante en amont. Le plafonnement des données est une mauvaise chose, mais il n’affectera peut-être pas beaucoup les consommateurs si Windows 365 se généralise.

Pas de déclassement de PC cloud possible

Les clients Windows 365 entreprise (mais pas les clients Windows 365 business) peuvent « redimensionner » leur PC cloud, en mettant virtuellement à niveau les CPU, la mémoire et le stockage virtuels par simple pression d’un bouton virtuel. En revanche, vous ne pouvez pas déclasser ce PC, du moins pour l’instant. Si Windows 365 devait devenir une offre grand public, Microsoft adapterait sûrement ses conditions et les consommateurs pourraient être prêts à supporter un paiement continu pour exploiter un PC cloud, surtout si celui-ci est plus puissant que n’importe quel PC physique qu’ils pourraient acheter.

Mais les consommateurs risquent de ne pas être satisfaits si Microsoft les oblige à payer pour plus de services dont ils n’ont pas forcément besoin. Imaginez que vous ne puissiez pas réduire votre abonnement à la vidéo en continu ou votre abonnement au câble à large bande. Pour le marché grand public, la société ferait bien d’offrir une période de temps pour se désengager d’un PC cloud redimensionné.

Un utilisateur, un PC cloud computing

Microsoft indique clairement, cependant, qu’un seul utilisateur est autorisé sur un PC cloud. On ne peut que spéculer sur la manière dont cette politique pourrait être appliquée à une plateforme grand public, mais pour l’instant, elle figure dans les spécifications de Windows 365. Concernant les données liées à l’abonnement, la firme de Redmond est claire : « lorsqu’un abonnement [Windows 365] est annulé, toutes les données associées sont supprimées ».

Microsoft conservera vos données pendant 30 à 180 jours, selon le scénario. Après cela, toutes les données sur le PC Cloud disparaîtront. Espérons que si ces PC arrivent dans l’espace grand public, Microsoft offre à chacun un moyen de migrer ses données hors du cloud.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *